rédaction-positif-ou-negatif

Êtes-vous positif ou négatif ?

Comment formulez-vous vos phrases ? Utilisez-vous plus le mode positif ou négatif ? Savez-vous que cela en dit beaucoup sur votre personnalité et la façon dont vous percevez votre environnement ?

Mon fils, lorsqu’il était garçon ET adolescent, commençait pratiquement tout le temps ses phrases par un non. Serez-vous étonné si je vous dis que mon fiston avait un trouble de l’opposition ? Le « ne fait pas ça » revenait à dire « fait-le ! ».

Je m’offre donc un petit cadeau en rédigeant sur ce thème ! En tant que maman d’un enfant en continuelle opposition, j’ai travaillé fort pour adopter un langage plus positif. De plus, je constate que beaucoup de gens utilisent avec excès la forme négative.

Je voulais aussi faire le lien avec le sujet de mon dernier article qui abordait le thème de « comment apprendre à dire non à ses bons clients » et communiquer un refus dans un mode affirmatif.

Essentiellement, j’aimerais vous démontrer l’impact d’écrire et de parler dans un mode positif sur votre environnement. Les deux vont ensemble, malgré la contradiction !

Comparons !

Voici deux petits textes, ayant le même message, mais sous des interjections opposées. 

  • La famille Rigide en route vers l’aéroport pour leurs vacances.  🙁 

Monsieur : Ne t’inquiète pas, nous ne serons pas en retard pour notre vol.

Madame : Tu n’as pas oublié les passeports sur la table de cuisine ?

Monsieur : Je n’aime pas quand tu n’as pas confiance en moi.

Madame : Tu ne comprends pas mon amour, je ne suis pas rassurée, c’est tout.

Monsieur : Les enfants ne vous chamaillez pas et ne criez pas dans la voiture

Les enfants : On ne peut jamais rien faire…

Monsieur : N’oubliez pas de rester calme dans l’avion.

Madame : Je ne veux pas changer de sujet, mais les billets d’avion n’étaient pas chers, n’est-ce pas ?

  • Et la famille Bienveillante en route, également, vers l’aéroport pour leurs vacances !  🙂 

Monsieur : Tout va bien aller, nous allons être à l’heure pour notre vol.

Madame : Tu as pris les passeports sur la table de cuisine ?

Monsieur : Oui, fais-moi confiance

Madame : Comprends-moi, tu sais que je suis craintive.

Monsieur : Les enfants cessez de vous chamailler et baisser le ton dans la voiture

Les enfants : Il faut toujours rester tranquille…

Monsieur : Souvenez-vous qu’il faut rester calme dans l’avion

Madame : Changement de propos! Les billets étaient vraiment économiques.

Avez-vous remarqué que la version positive est plus facile à lire et à comprendre ? Partagez-moi ce qui vous a le plus accroché. En fait, je suis curieuse de savoir pourquoi !

Éliminer le « NE PAS »positif-négatif

Avez-vous déjà essayé d’écrire en évitant la forme négative ? En effet, cela vous oblige à trouver des verbes d’action sans le NE PAS.

Savez-vous que les phrases écrites à l’affirmative sont plus faciles à retenir ? C’est qu’elles focalisent sur les aspects positifs d’une situation et d’ailleurs, la forme négative est davantage perçue comme des reproches. Voici des exemples :

  • Rappelle-toi d’éteindre les lumières — n’oublie pas d’éteindre les lumières
  • J’aime quand tu es à l’heure — je n’aime pas quand tu es en retard
  • Ton examen s’est bien passé finalement — ton examen ne s’est pas mal passé finalement
  • Votre absence à la réunion nous a retardé dans le projet — vous n’étiez pas présent et nous n’avons pas finalisé le projet
  • Etc.

Notamment, la forme négative produit l’effet inverse à celui attendu. Évitez, autant que possible, les injonctions négatives. En revanche, le cerveau perçoit mieux le mode positif ! Il a tendance à effacer le « ne pas » d’une phrase et isoler le verbe d’action. Par exemple, si je vous dis : ne pensez pas à un marteau rouge. Je suis certaine que l’image d’un marteau rouge est apparue à votre esprit. C’est automatique!

Si vous êtes de ceux qui ont de la difficulté à dire non, la formulation positive peut être pour vous une aide précieuse vers le chemin de l’affirmation de soi. De même, si vous êtes de nature négative, elle peut vous aider à vous centrer sur l’aspect positif d’une situation.

En brefsavoir-dire-non-possible

En effet, l’utilisation du mode positif dans la formulation de vos phrases enrichit considérablement les dialogues et la qualité de vos textes. La langue française est riche en mots et verbes qui vous aideront à remplacer le mode négatif.

Sentez-vous libre d’écrire vos commentaires en bas de la page et de nous partager votre expérience en la matière. C’est toujours agréable de savoir qu’il y a quelqu’un qui expérimente les mêmes choses que soi.

 

Signature Lynda Dionne adjointe virtuelle

Inscrivez-vous à mon infolettre :

[recaptcha]

apprendre dire non

Pourquoi devriez-vous apprendre à dire non à vos clients ?

Savoir dire non est notre capacité de prise de décisions face à une ou plusieurs personnes. C’est également s’opposer à quelque chose ou contredire quelqu’un au risque de lui déplaire.

Quelles sont donc nos motivations à ne pas dire non ?

  • Nous avons peur des conflits ?
  • De décevoir ?
  • D’être rejeté ?
  • Nous rendre indispensables ?
  • De recevoir de la reconnaissance ?
  • Désir de plaire ?
  • Fuir le sentiment de culpabilité ?
  • Les raisons de ne pas oser dire non sont nombreuses et dire non peut sous-entendre qu’obéir à nos propres envies est purement égoïste.

Dire non, ça s’apprend

J’aime bien l’approche de Dominique Fromm dans son livre « Dire non, ça s’apprend », des éditions Dangles où il identifie cinq méthodes pour apprendre à dire non.

1— Délimiter son territoiresavoir-dire-non-possible

Qu’est-ce qui compte vraiment ? Savoir se définir et avoir des idées précises de nos envies, nos limites, nos valeurs, nos goûts ainsi que nos priorités. Récemment, j’ai décidé de ne pas travailler les samedis de sorte que je puisse rebâtir mon réseau social en participant à des activités sportives. En d’autres mots, je ne sacrifie pas ce besoin et ce temps personnels pour autrui. Suis-je égoïste en disant non, selon vous ?

2— Envisager les conséquences

Quelles seront les répercussions pour soi et l’autre ? Vivrez-vous un fort sentiment de culpabilité si vous dites non ? Prendre du recul est indispensable. Vous êtes-vous déjà posé cette question : « Et s’il le prenait mal ? ». Tout d’abord, gardez en tête que nous ne sommes pas responsables de la manière dont les gens vont réagir, CELA NE NOUS APPARTIENT PAS. Vous pouvez accepter la situation d’une façon active et trouver des solutions de rechange afin de réduire les impacts ou rester passif et ne rien faire.

3— Exprimer nos malaises

Dire l’émotion qui nous fait hésiter à prononcer un non, crée un climat de complicité mettant ainsi tout le monde en confiance. Ayant eu des tâches de gestionnaire pendant des années, le non est effectivement plus émis que le oui. Ainsi, j’ai pris l’habitude de commencer mes phrases en disant : « J’ai bien peur que ma réponse va te déplaire ». Par conséquent, la personne était préparée à entendre un refus.

4— Expliquer la situation

Trop de justifications tuent le non et nous font perdre notre crédibilité. En revanche, vous pouvez expliquer à votre client les raisons de votre non.

Par exemple, vous pouvez dire : « Vous me demandez de traiter votre dossier en priorité, mais j’ai déjà des engagements à respecter aussi urgents que votre requête… ». 

5— Revenir sur sa réponse

Ce n’est pas un aveu de faiblesse ni une indélicatesse. Fondez votre message sur la sincérité et le respect, car vous informez votre client de votre incapacité à honorer vos obligations.

« J’ai accepté ce dossier, mais j’ai mal jugé le temps pour sa réalisation, peut-on convenir d’une prolongation ? » Cet exemple illustre qu’il faut prendre le temps de bien réfléchir à la situation et ainsi d’éviter des engagements précipités. Osez demander un délai de réflexion avant de donner une réponse définitive.

Sachez définir les bénéfices de dire non

Dire non peut signifier éviter de se placer dans une situation délicate, c’est faire preuve d’assurance, de respect de soi et d’être crédible.

Préparez-vous à dire non

Prenez le temps de faire cet exercice en identifiant vos limites, les conditions que vous aurez à dire non, ce que vous refusez d’accorder ou que vous ne pouvez tout simplement faire.

Ensuite, posez-vous ces questions :dire-non-a-ses-clients

  • Que se passera-t-il si je dis non ?
  • Est-ce un risque réel ou ce sont mes peurs ?
  • Quelles sont les autres possibilités ?

J’ai participé, il y a quelques années, à un cours de management aux HEC et voici la phrase marquante que j’ai retenue face aux problèmes rencontrés : « il y a plus de solutions que de problèmes. » J’ai alors adopté cette devise. Dire oui aux solutions au lieu de subir !

Osez dire non, osez être soi !

Savoir dire non démontre à vos clients que vous vous souciez de les satisfaire, mais pas à n’importe quelle condition.

Savoir dire non à un client lui témoigne avant tout notre fidélité et notre cohérence.

Étant en démarrage d’entreprise depuis peu, j’ai eu à faire face à des choix difficiles dont refuser des tâches qui ne me convenaient pas malgré le besoin financier que m’apporterait cette entrée d’argent supplémentaire. Je me suis respectée et ces clients potentiels ont été reconnaissants de mon honnêteté.

Dire non en image !

J’aimerais vous partager ce petit vidéo de 1 minute (en anglais seulement) que j’ai trouvé mignon sur comment identifier nos priorités pour prendre les meilleures décisions. Cliquez sur l’illustration!dire non à ses clients

Un refus honnête est un bon refus !

J’ai écrit cet article pour me faire plaisir avant tout, mais aussi parce que je fus surprise de rencontrer plusieurs d’entrepreneurs qui n’osent pas dire non à leurs clients de peur de perdre des revenus. Je suis adjointe virtuelle offrant du soutien administratif et, à quelques reprises, les crises de mes clients sont devenues mes urgences.  

Ma coach d’affaires, Anne Douville d’Optimizo Solutions, répète souvent : 

« Les feux de nos clients deviennent malheureusement nos feux par ricochet ».

C’est donc à moi à sensibiliser mes clients à bien évaluer leur temps afin de ne pas affecter le mien. Un jour, je vais devoir dire non à une urgence et cela sera incompris si je n’éduque pas ma clientèle maintenant.

Si vous êtes un travailleur autonome ou un entrepreneur débordé et avez besoin d’une bonne collaboratrice pour vous aider dans votre organisation administrative, contactez-moi et nous discuterons de vos besoins.

Citation sur comment dire non

Pourquoi s’associer à une adjointe virtuelle ?

Je vous invite à consulter cet article sur 25 tâches qu’une adjointe peut faire pour vous.

Signature Lynda Dionne adjointe virtuelle

« Être libre, c’est savoir dire non. » — Jean-Paul Sartre

 

 

 

 

Inscrivez-vous à mon infolettre :

[recaptcha]